Etudes & recherches artistiques

Classique

1981 – 1984

Mes sculptures sont figuratives et j’attache beaucoup d’importance à la représentation naturelle des corps et des expressions. Les maîtres grecs et de la Renaissance italienne, en particulier Michel-Ange, sont mes principaux guides. J’utilise à cette époque des matériaux de ma région natale et d’Italie, à savoir du marbre blanc et gris de Carrare, de l’argile, de la pierre calcaire de Lecce, du bois d’olivier.

L’Egypte

1984 - 1985

Peu à peu, naît en moi le désir de synthétiser, de rendre essentielles les formes classiques ; c’est également à cette époque (en 1985) que je découvre l’art égyptien, qui me fascine par sa capacité à exprimer avec force et simplicité des formes – voir Néfertiti. Le matériau utilisé durant cette période est surtout du marbre de Vérone et de l’albâtre.

Les formes primordiales

1985 - 1987

Une étude sur l’origine de la forme (comme l’origine de la vie) .

  • Brute comme une météotorite,
  • Une forme structuré, géométrique ; sphère, cube, les volumes.
  • Un mélange, géométrique et formes brutes

Menhirs et formes aériennes

1985 – 1991

La recherche de lignes pures  guide désormais ma recherche. Les multiples « menhirs » réalisés à ce moment-là témoignent de cette démarche, dont le but est de mettre en évidence autant la structure de la matière elle-même, que de suggérer l’aérodynamisme des formes qui invitent à lever le regard vers le ciel.

La nature sculptée

1985 – 2008

Le vent, la mer, les animaux , les arbres,les montagne, la neige, les couchers du soleil , m’inspirent par leur caractère mouvant et éphémère.

La danse sculptée

1986

Après m’être beaucoup nourri d’artistes anciens et modernes, je tente de trouver un moyen d’expression plus personnel. Un des moyens d’y parvenir à ce moment-là est pour moi d’étudier à fond les mouvements des danseurs. Figer le mouvement dans la pierre est un défi fascinant, auquel m’incite le soutien de Noureev, qui me permet d’assister à ses spectacles et répétitions.

Figures abstraites

1986 - 1988

Rapidement il s’ouvre à d’autres influences : celles des grands maîtres modernes – Brancusi, Moore, Picasso, Dali, Miro, Max Bil, Marino Marini, Calder, Fazzini, Arp, Martini , Giacometti , Malevich, Manzù
« La rencontre à Rome de PERICLE FAZZINI dans son atelier de via Margutta et de HENRY MOORE dans sa fondation à la périphérie de Londres, quand j’étais encore étudiant aux Beaux Art de Lecce, les expositions collectives avec César et Arman en France ainsi qu’en Italie m’ont apporté un enthousiasme, une expérience et ont renforcé ma passion pour la sculpture.
Mes « PAPA » spirituels m’ont permis de comprendre leur démarche créative du figuratif vers l’abstraction.
Cela m’a permis d’emprunter mon propre chemin vers une création de plus en plus passionnante et innovante. »

Rêve de liberté, quête d’infini

1989 – 1994

À Paris où je vis depuis 1989, j’ai l’occasion de rencontrer de nouveaux artistes, de me frotter à des idées nouvelles, et ainsi de faire évoluer mes projets. Mon désir de voyager, de connaître autrui, est complémentaire de ma démarche artistique – laquelle peut s’exprimer d’une manière très simple : à savoir que l’art peut améliorer les aspects de la vie et contribuer à rendre l’homme meilleur. Ma recherche à cette époque-là se concentre sur la volonté de l’homme de se libérer des carcans et des contraintes que figurent de manière succincte et abstraite les lois de la physique et l’espace fini. Les dépasser, à la recherche de l’infini, c’est une quête de liberté, porteuse de plus de bonheur

La lumière sculptée

Gouttes de lumière et transparence

1989 – 2000

Son installation à Paris, en 1989, marque un tournant dans sa carrière et dans son évolution artistique. Plus que jamais, Maurizio Toffoletti affirme le marbre comme matière de la création contemporaine. Il privilégie les sculptures monumentales. Sa recherche le conduit vers la transparence et la mise en évidence de la lumiere. Le marbre possède en lui même la lumiere. Les sculptures Transparences et Gouttes de lumière sont sculptées de telle manière qu’elles vous donnent l’impression de toucher la lumiere du regard.

Le son sculpté

1989 – 2017

À partir de 1990, Maurizio Toffoletti cherche à faire vibrer le marbre et il y parvient : le marbre devient sonore sous la caresse.

LES SCULPTURES SONORE

sont réalisé avec le célèbre marbre des carrières MICHELANGELO de Carrare.

 Cette idée m’est venu d’un de mes professeurs à l’Ecole nationale d’Art section sculpture de Lecce-Italie , Nino Rollo.

Lors d’une de ses expositions il nommait ses sculptures sonores alors qu’elle ne l’étais pas. Intrigué je lui demandais pourquoi il les désignait ainsi malgré leur silence. Il m’a répondu que la « sonorité évoquée dans le titre est un Etat d’âme que les gens ressentaient en regardant ses œuvres à l’image d’une résonance intérieure. »

L’univers sculpté

1990 - 2018

Vue aérienne

1994 - 2016

L’espace-temps, les galaxies, la supernova, les étoiles, les météorites, les trous noirs, l’explosion d’une supernova, les planètes, deviennent ma nouvelle source d’inspiration. Je me mets à créer des sculptures Mobiles : Pluies de Météorites.

Je m’inspire de la cité, représentée en vue aérienne.

Formes géométriques

1995 - 2003

En 1995, suite à sa recherche sur le concept de l’origine de la forme qui était seulement brute ou géométrique à ses debuts , il a développé les formes géométriques. La rencontre de Denise René s’est avéré être un tournant lors de cette recherche. Il a ensuite développé l’idée de goutte de lumière de façon géométrique. Cela permettait de créer un effet optique avec un jeu de lumière permise par les détails de la géométrie ( lignes verticales et horizontales ) révélant ainsi un mouvement.
Cet effet visuel est également renforcé par un choix de couleur du marbre ( blanc, noir) et par un jeu de lumière à travers la transparence.
Certaines de ces sculptures géométriques sont monumentales. Elles se trouvent sur les quais de Seine à Levallois Perret.

La citoyenneté

2013 – 2017

En 2013, lors d’une exposition à la Commission européenne au Luxembourg sur le thème de la Citoyenneté, je réalise la sculpture « La Famille » en marbre blanc de Carrare. 

Depuis 2013, je m’intéresse de plus en plus aux grandes questions de la vie ; que chaque être se pose “voir A la recherche d’un équilibre”, voir « A la recherche sa moitié”, la diversité, le vivre ensemble.

La ville universelle

Les 8 continents

2000 – 2018

LA CITÉ UNIVERSELLE

HUIT sculptures unissent HUIT continents dans une harmonie et une solidarité croissante entre leurs habitants.

La recherche du sculpteur Maurizio Toffoletti s’inspire fondamentalement de « LA CITÉ IDÉALE » projetée il y a cinq siècles par le GÉNIE DE LEONARDO DA VINCI;

Le sculpteur cherche à exprimer l’idéal de paix entre les peuples en réalisant la sculpture  » LA CITÉ UNIVERSELLE ».

Cette réalisation inscrit dans le dur et noble matériaux du marbre les valeurs communes de paix et de convivialité entre les huit continents;

Contact